Violaine Baraduc

À mots couverts, 2014

Rwanda ; génocide ; crimes féminins ; prison ; mémoire ; dispositifs d’incitation à l’aveu et au pardon

Violaine Baraduc is a PhD researcher in social anthropology at the Institut des Mondes Africains at EHESS. Her thesis, directed by J.-P. Colleyn and S. Audoin-Rouzeau, focuses on the participation of women in the genocide against the Tutsi and the development of the memory of the genocide in prison. She co-directed a film, « A mots couverts« , about eight women who participated in the genocide. Nominated for the Albert Londres prize, « A mots couverts », received the Grand Prize for Historical Documentary at the Rendez-vous de l’histoire à Blois in 2015 and the prize of Images de Justice in 2016. She is the author of several publications (« À cor(ps) et à cri. Les pratiques féminines de violence à partir du vocabulaire de femmes détenues pour génocide à la prison de Ngoma » in Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire, Presses du Réel, 2017, p. 25-47; « Tuer au cœur de la famille, les femmes en relais », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 122, 2014, p. 63-74).

À mots couverts, 2014

Violaine Baraduc est doctorante en anthropologie sociale à l’Institut des mondes africains (EHESS). Sa thèse porte sur la participation des femmes au génocide et sur l’élaboration d’une mémoire du génocide en prison. Diplômée en 2011 du Master professionnel de l’université Paris-7 formant aux métiers du documentaire, elle a coréalisé avec Alexandre Westphal un long métrage mettant en scène huit femmes génocidaires incarcérées à la prison centrale de Kigali. Le film, intitulé À mots couverts, a occupé une place centrale dans son dispositif de recherche. Nominé pour le prix Albert Londres, il a notamment reçu le grand prix du documentaire historique aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en octobre 2015 et celui du festival Images de justice qui s’est tenu à Rennes en février 2016. Violaine Baraduc est l’auteure de plusieurs publications récentes, dont la dernière : « À cor(ps) et à cri. Les pratiques féminines de violence à partir du vocabulaire de femmes détenues pour génocide à la prison de Ngoma » in Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire, Presses du Réel, 2017, p. 25-47.